Questions Fréquemment Posées

En partant directement des questions posées par nos parties prenantes, nous avons compilé cette liste de QFP pour soutenir la compréhension du projet de recherche.

Justification de l’étude

Quelle est la base du PHISICC?

Il est largement reconnu que malgré beaucoup de temps et d’efforts consacrés à l’enregistrement des données sur les patients, l’utilisation de ces données est très limitée pour fournir un soutien immédiat pour la prise de décisions cliniques, de santé publique et de gestion. Les données relatives aux patients sont plutôt collectées principalement à des fins de notification aux niveaux supérieurs du système, où elles sont censées soutenir les décisions stratégiques et de gestion, bien que cette application ne soit pas toujours satisfaite.

L’objectif principal de PHISICC est de mieux utiliser les données collectées dans les centres de soins de santé primaires pour aider les agents de santé locaux à prendre les meilleures décisions pour les soins cliniques de leurs patients.

PHISICC est basé sur un corpus de données mondiales et locales sur ce qui fonctionne les systèmes d’information sanitaires et comment; dans les pays à reveu faible et intermédiaire.

Qu’est-ce que l’étude vise à étudier?

PHISICC examinera si un système amélioré d’information sanitaire sur support papier – axé sur l’aide aux agents de santé pour prendre de bonnes décisions – améliorera la qualité des données, la satisfaction au travail et les résultats de santé au niveau des soins de santé primaires. Nous évaluerons également si cela est rentable.

Une évaluation des besoins a-t-elle été réalisée avant le développement d’un nouvel outil?

En bref, oui.

La nécessité d’apporter des améliorations au SIS est indiquée dans les documents de politique stratégique dans les trois pays de PHISICC (Côte d’Ivoire, Mozambique, Nigéria).

A l’échelle mondiale, tous les pays se concentrent sur l’amélioration continuelle de leurs performances en matière de soins de santé, et les données sur les soins de santé et le SIS jouent un rôle central dans la prestation de services de santé équitables et de haute qualité. Les systèmes actuels sur support papier présentent des défis, mais de tels systèmes resteront en place dans un avenir prévisible. Dans le même temps, les soins primaires sont reconnus comme la clé de voûte de la performance du système de santé. Pris ensemble, il existe un besoin et un désir manifestes de rassembler des preuves sur des stratégies efficaces pour soutenir ce niveau de soins – PHISICC offre le potentiel de meilleurs outils d’information sur la santé pour lier les données à la prise de décision.

Pour s’assurer que PHISICC cible les besoins les plus importants, l’équipe a effectué une caractérisation du SIS dans les trois pays. Les rapports de ces évaluations peuvent être trouvés sur le site Web de PHISICC.

Le système d’information sanitaire sur support papier est le principal outil de gestion des données au niveau des soins de santé primaires, alors qu’est-ce que PHISICC apporte comme avantage supplémentaire?

Des systèmes d’information sanitaire sur support papier ont été mis au point à mesure que des besoins programmatiques émergeaient, plutôt que par une conception soignée. Ce développement a été guidé par la nécessité de recueillir des informations auprès des centres de santé afin de les rapporter aux niveaux supérieurs du système.

Bien que cette approche réponde à certaines exigences de rapportage, elle n’est pas un support effectif  à une meilleure utilisation des données pour la prise de décision – ni clinique ni stratégique. Au lieu de cela, les données et les indicateurs associés ressemblent davantage à une série d’îlots dans le SIS qu’à un réseau commun visant à fournir des informations claires aux agents de santé et aux décideurs.

PHISICC est un projet de recherche qui vise à permettre une connexion à l’échelle du système pour la prise de décisions en matière de soins de santé primaires. Grâce à la conception intentionnelle d’outils sur papier, il cherche à identifier les meilleurs outils pour aider à la prise de décision. Ce projet vise à promouvoir une meilleure qualité des soins aux patients, en particulier pour les populations les plus vulnérables. En tant que projet de recherche, il fournira de nouvelles preuves pour les chercheurs et les décideurs nationaux et internationaux.

Pourquoi ne pas se focaliser sur le numérique?

Le SIS du pays migre vers des systèmes de données électroniques, PHISICC ne ramène-t-il pas la nation d’où elle vient?

Il est vrai qu’il y’a une certains adoption de systèmes électroniques. Cependant, tous les niveaux et services de l’ensemble du système de santé ne sont pas préparés de manière égale dans tous les pays. En outre, la plupart des décideurs politiques et des chercheurs reconnaissent que les centres de santé dans de nombreux pays à revenu faiblle et intermédiaire (et peu de pays de pays à revenu élevé) continueront d’utiliser un système d’information sanitaire sur support papier car les systèmes numériques exigent des investissements, des infrastructures, des services, la rénovation et le dépannage, qui ne sont pas toujours disponibles.

Westley (2016) explique bien ce scénario: «Malgré la tendance mondiale à la collecte de données numériques, les pays à faibles revenus  seront incapables de prendre en charge l’infrastructure requise pour les systèmes de registres électroniques. Pour ces pays, renforcer les registre de santé à base de papier peut soutenir La prise de décision basée sur des évidences en tenant compte des relations avec les patients, la planification des programmes et les politiques, et servira de premier pas vers l’amélioration des données de qualité dans les SIS, qui de plus en plus se tournent vers les systèmes électroniques ». De plus, dans une note technique rédigée par Measure Evaluation, il est montré que la transition des systèmes sur support papier aux systèmes électroniques comprend cinq étapes – dont la principal est axée sur «l’optimisation des systèmes sur support papier en simplifiant les indicateurs et en réduisant les doublons».

PHISICC couvre tous ces domaines et consiste essentiellement à voir les données comme un outil de prise de décisions.

Engagement préliminaire des parties prenantes

Comment les partenaires du SIS seront-ils engagés dans le projet PHISICC?

Les partenaires ont participé à toutes les activités depuis leur création. Des contributions ont été apportées au développement du protocole et à la mise en œuvre de la recherche et se poursuivront jusqu’à la fin du projet pour englober la diffusion des résultats et l’adoption des politiques. Il y a déjà eu plusieurs / plusieurs événements, ateliers et réunions pour concrétiser ces engagements.

Quelles sont les entités impliquées dans cette étude?

Au Mozambique, le PHISICC a signé un protocole d’accord avec le MISAU (Ministère de la santé, représenté par Dra. Graça Matsinhe) et a établi un partenariat avec l’Université de Lúrio (représentée par le Dr Artur Muloliwa).

Au Nigeria, nos homologues sont le NPCHDA (représenté par le Dr Garba) et l’université de Calabar (représentée par le professeur Angela Oyo-Ita).

En Côte d’Ivoire, nous travaillons avec MSHP (représenté par le Prof Samba Mamadou) et le CSRS (représenté par le Dr Richard Yapi).

SwissTPH a également un coordinateur national dans chaque pays: Sofia Mandjate (Mozambique); Dr Ngozi Njepuome (Nigéria); et Kouadio Dieu-Donné (Côte d’Ivoire). De nombreuses autres parties prenantes sont également impliquées de différentes manières.

Quelle est la perception du Ministère de la Santé du projet PHISICC? Le Ministère de la Santé est-il impliqué?

Oui, le Ministère de la Santé est également impliqué activement et fait partie du partenariat du projet. Ses points de vue sont pris en compte et nous construisons une compréhension commune des problèmes et des solutions du SIS.

Coût de mise en œuvre

Quels seront les coûts de la nouvelle intervention à grande échelle? Sera-t-elle durable?

Nous ne le savons pas encore, jusqu’à ce que nous finalisions la recherche. Mais les coûts seront certainement mesurés et présentés dans le cadre des données générées dans cette recherche.

Qu’arrive-t-il à la pléthore de registres de santé infantile imprimés lorsque les outils PHISICC seront disponibles? Gaspillage de ressources?

Les outils PHISICC ne seront mis en œuvre que si le secteur de la santé gouvernemental en décide ainsi, après avoir évalué les preuves produites dans le cadre du PHISICC. Les coûts de remplacement devront être pris en compte comme pour toute occasion où les systèmes sont adaptés ou modifiés.

Défis de contenu / Utilisation de l’outil

Comment PHISICC a-t-il l’intention de faire face aux quelque 16 registres utilisés dans la vaccination de routine et de refléter le contenu de ces registres dans le nouvel outil?

PHISICC vise à remédier à la prolifération / redondance actuelle des indicateurs de données dans les différents registres de vaccination et dans tous les autres domaines des soins de santé primaires. Les analyses actuelles confirment qu’il y a beaucoup de place pour la simplification et la réorganisation des données sans perdre leur utilité.

Comment les indicateurs PHISICC seront-ils alignés sur tous les indicateurs de la vaccination?

PHISICC ne changera aucun des indicateurs requis au niveau supérieur; mais optimisera la production et la transmission des données à partir des centres de santé primaires.

La recherche comprendra-t-elle toutes les composantes des services de santé?

PHISICC se concentre sur les soins de santé primaires (SSP), tous les services fournis au niveau des SSP.

La reproduction des outils est un défi chronique, comment le projet PHISICC va-t-il remédier à cette faiblesse?

Les outils du PHISICC resteront sur support papier, de sorte que ces défis chroniques pourraient dans une certaine mesure persister. Cependant, on espère que les nouveaux outils seront plus simples et, en tant que tels, les exigences de reproduction réduites.

L’intervention va-t-elle être un registre ou un formulaire?

Ça peut être n’importe quoi! L’hypothèse est qu’un morceau de papier peut changer votre comportement – il s’agit de faire des «formes», pas seulement un lieu pour écrire, mais pour prendre une décision.

Quelle est la facilité d’utilisation du nouvel outil innovant?

Le développement des nouveaux outils se fera à travers les groupes de co-création PHISICC (GCC). Les GCC (un groupe spécialisé dans chaque pays) travailleront directement avec les spécialistes de la conception pour évaluer les exigences de base et créer de nouvelles conceptions pour qu’elles correspondent le mieux possible aux conditions locales. Une partie du rôle des GCC sera de mener de petites études pilotes en utilisant les outils (itérations de développement) sur place avec les agents de santé locaux. Il est à espérer que cette approche favorisera une plus grande convivialité avant la mise en œuvre de l’essai et que le suivi et l’évaluation tout au long de l’essai permettront également de mieux comprendre les avantages / défis liés à leur application.

Formation & mise en œuvre

Il y aura un besoin de formation pour utiliser les nouveaux outils – comment cela sera-t-il géré?

Nous fournirons une formation pour les outils nouveaux et anciens. Cela garantira que tous les sites sélectionnés (processus de randomisation) soient equitablement qualifiés pour le début de l’intervention.

Si nous allons introduire un nouveau système pour l’essai – pourquoi alors l’interrompre à nouveau [à la fin de l’éssai]

Parce que nous ne savons pas si ça va marcher. De plus, les décisions politiques ne sont pas basées sur une seule étude, car chaque étude a un certain biais. PHISICC fournira des données élémentaires comme un début et cela sera considéré avec d’autres données provenant d’autres initiatives. De nombreux autres facteurs influencent la politique – la mesure dans laquelle les données montrent une concordance ou un conflit n’en est qu’une. Il s’agit de trouver le bon équilibre.

SwissTPH couvre toutes les parties techniques – pourquoi ne pas utiliser des groupes dans le pays?

PHISICC s’appuie fortement sur les groupes de pays dans tous les domaines d’activités principales.

Rapportage / gestion des données

Comment les données utilisant la nouvelle intervention seront-elles transférées dans le système existant?

Notre objectif est les centres de santé primaires et le district. Ils obtiendont ce dont ils ont besoin. Nous aurons des moniteurs indépendants pour nous assurer que les données ne sont pas perdues.

Comment pouvons-nous nous assurer que les besoins en matière de rapports seront satisfaits?

Avant de nous lancer dans de nouveaux modèles d’outils, nous avons rassemblé et analysé les besoins de rapportage existants pour chaque pays. Maintenant que la phase de conception est en cours, toute l’équipe (santé publique, concepteurs, groupes de co-création) surveille en permanence chaque développement pour s’assurer que l’intervention finale est conforme aux besoins d’information spécifiques a chaque pays.

Conception de l’étude

Comment l’intervention sera-t-elle évaluée? Comment savez-vous la différence que fait le format?

L’intervention sera testée en utilisant un essai en grappe randomisé et pour cette raison, vous saurez que la seule différence (le cas échéant) est due à l’intervention.

[Est-ce qu’un essai en grappes randomisés (EGR) est la voie à suivre?] On a fait remarquer que l’utilisation d’un EGR nécessiterait de comparer les centres de santé avec eux-mêmes, car il y a des changements constants à ce niveau et un réel manque d’uniformité. Il serait bon d’avoir une approche mixte (par exemple, un élément qualitatif).

Nous considérerons le meilleur modèle expérimental-comparatif pour l’intervention, et il y a plusieurs manières de réaliser des interventions. Cela nécessite des discussions plus approfondies avec les statisticiens, les spécialistes des interventions et les partenaires nationaux.

Dans combien et dans quelles provinces mozambicaines l’étude sera-t-elle réalisée?

Un. Dans la province de Manhiça dans la phase expérimentale. Plus tard, ce sera le gouvernement qui décidera de l’augmenter ou non.

Considérant la grande variation dans les services de santé à travers le pays, le site d’étude d’un site pourrait ne pas être représentatif de la situation nationale

Ceci est un point valide et une limitation de toute étude de recherche. PHISICC reconnaît la variation dans les services et a adopté ce qui est actuellement l’approche la plus robuste pour une telle hétérogénéité – la conception Essai en Grappes Randomisé (EGR) – conception EGR- l’essaid’intervention et trois pays très différents. Nous allons également recueillir des données qualitatives qui nous aideront à comprendre ce qui fonctionne et comment, et s’il existe des perspectives d’application de nos résultats à d’autres zones géographiques.

Financement / Approbation éthique

Quelle est la base financière que l’étude pour sa mise en œuvre, au cas où elle est approuvée par le ministère?

L’étude est financée par la Fondation Bill & Melinda Gates et a déjà été approuvée par le MISAU (Ministère de la Santé). Tous les partenaires se conforment aux meilleures pratiques en matière de recherche, y compris les examens éthiques, au besoin.

Échéances

Donnez-nous l’échéance pour l’achèvement de cette étude

Phase de conception de l’intervention: T3 2018; lancement de l’intervention: T4 2018: durée du l’intervention 2019; analyses des résultats: T1 2020

D’autres questions?

Nous visons à répondre à ce besoin tout au long du projet. Si vous avez des questions, veuillez nous contacter ici.

 

Supported By WordPress.org